Blog articles guitares Fender - Jean Seb Maingot

Passion guitares Fender, pédagogie, matériel guitariste

La modulation, comment changer de tonalité?

La modulation, comment changer de tonalité?

Travailler la modulation, changer de tonalité, modulation et cadences

La modulation comment changer de tonalité

La question revient de façon récurrente chez tous les guitaristes et musiciens qui s’aventurent dans la composition ou cherchent des progressions d’accords élaborées. Plus on gagne en compétence technique et plus on éprouve le besoin de connaissance théorique et l’harmonie devient incontournable.

Autodidacte dès l’âge de 15 ans, j’ai eu la chance de faire un bon cursus semi-professionnel dans une école de jazz à 18 ans, il est vrai que le solfège est souvent le point faible du guitariste mais pour apprendre des musiques nouvelles il faut tôt ou tard passer par la case lecture, théorie et harmonie. Je ne suis pas devenu professionnel mais ça ne m’empêche pas de faire partager ma passion du sujet.

La modulation, comment changer de tonalité?

Le guitariste a l’avantage d’avoir la tablature qui est un outil formidable pour bien découvrir et connaître son instrument : ça permet d’apprendre les notes d’un morceau et d’en repérer au fur à mesure leur emplacement sur le manche. Bien connaître le manche ça simplifie aussi le travail mais seulement voilà, ça n’explique pas toujours comment le morceau change aussi subitement et subtilement de tonalité.

En plus ça devient utile dès lors qu’il s’agit de trouver l’accompagnement d’une mélodie composée sans l’appui de la progression d’accords. L’approche des règles d’harmonie devient incontournable pour continuer de progresser. La musique est un tout : il ne s’agit pas de connaître uniquement le solfège, il faut aussi comprendre pourquoi et comment retranscrire les mélodies qui nous trottent dans la tête. Savoir comment et comprendre pourquoi on change de tonalité et d’accord, ou pourquoi on n’en change pas, car en musique tout est possible, les solutions sont infinies.

C’est un constat : même avec une excellente oreille, il est difficile de composer à la guitare des morceaux efficaces, simples et logiquement structuré quand on a aucune connaissance du solfège et règles élémentaires d’harmonie. On peut repiquer les tubes de nos guitaristes favoris mais ça n’explique pas forcément comment composer quelque chose de ressemblant ni de comprendre pourquoi ce morceau est harmonieux.

C’est comme les idées reçues qui consistent à croire que Jimi Hendrix ne connaissait ni le solfège ni l’harmonie… non seulement Jimi Hendrix connaissait très bien le solfège mais il connaissait également toutes les techniques et théories essentielles à la composition Blues/Jazz/pop. Suffit de se pencher de près sur son jeu et ses compositions pour que ça saute aux yeux, l’oreille seule ne suffit pas pour composer des morceaux de cette qualité. Plus on acquiert de connaissance dans le domaine théorique et plus les portes de la composition s’ouvrent à vous, comme autant de clés permettant de déverrouiller presque toutes les serrures qui habituellement nous laissent dans l’impasse et nous font perdre du temps pour trouver les bons accords.

La modulation est une méthode qui permet de créer un pont, un refrain sympa ou un break dans le morceau, de changer la tension du morceau ou l’ambiance. Par définition, la modulation est le passage d’un ton dans un autre. Une notion de durée intervient en ce point : l’abandon provisoire d’une tonalité vers laquelle on revient ne constitue pas une vraie modulation mais provoque ce que l’on appelle « un emprunt » d’un ou plusieurs accords pour une ou plusieurs mesures. Les traités d’harmonie qualifie cet état de « modulation passagère ». La vraie modulation demande un certain temps avant de s’installer dans une composition musicale, et ce par l’usage des cadences que j’aborderai plus loin. En général, on passe d’un ton vers un autre, proche du premier puis on passe à un troisième ton proche du second, et ainsi de suite jusqu’à s’éloigner vraiment de ton de départ du morceau. Il existe plusieurs techniques de modulation issues de la musique classique et des traités d’harmonie modernes rédigés au XVI et au XVII eme siècles mais dans la musique moderne on exploite très souvent des techniques douces pour moduler temporairement : on utilise dans un morceau un ton et on module vers un 2eme ton proche pour le refrain, le pont ou pour casser la monotonie du morceau, puis ensuite on revient sur le ton de départ. La modulation permet d’enrichir le discours musical à l’infini et de ne pas se restreindre à quelques accords pour faire vivre vos compositions.

L’objet de cet article sur la modulation est de vous apporter des connaissances théoriques et techniques élémentaires (pour ceux qui ont déjà un niveau intermédiaire) au changement ou variation de tonalité. La modulation vous fera progresser et mieux comprendre comment analyser vos morceaux favoris et enrichir vos propres compositions. Savoir changer de tonalité permet aussi de comprendre les mouvements d’accords au sein d’une seule et unique tonalité. En harmonie tonale, une modulation désigne un changement de mode sans interruption du discours musical…? Pour comprendre il est bon de connaitre les modes mais ça je vous en parlerai une autre fois…quand j’aurai un peu plus de temps 8-).

Sinon vous pouvez également consultez sur wikipedia la totalité des informations à ce sujet, c’est un peu barbant sans avoir le support vidéo ou des exemples sur partition mais c’est quand même sympa et bien utile. Par ailleurs, cette approche est importante pour comprendre ensuite un autre point que j’aborderai dans un autre article concernant les mouvement de voix dans une progression d’accords.

J’ai donc décidé de vous transmettre sur ce blog un peu des mes connaissances en la matière. Il existe plusieurs façons de moduler dans un morceau de musique. La méthode prioritaire c’est d’utiliser les notes communes aux différents accords d’un progression donnée, notes que l’on retrouvera par ailleurs dans les différents renversements d’accord utilisés. Je vais donc essayer d’illustrer très modestement la modulation au travers des 3 techniques essentielles préconisées en harmonie :

  1. Moduler grâce au tableau de modulation des quartes et quintes ;
  2. Moduler grâce aux 7 accords de la tonalité principale ;
  3. Moduler grâce aux accords hybrides ou pivots.

Bien évidemment, je vous laisse commenter mes propos si vous désirez y apporter des précisions importantes aux lecteurs.

Précédent

La Russule pullule…

Suivant

Moduler grâce aux 7 accords de la tonalité principale (2)

  1. Charly

    Excellent article !

  2. Stan

    Franchement tu es le meilleur pédagogue que je croise sur web et dans la vraie vie. Qu’est que Ca sera qd tu passeras à la vidéo .

  3. Plus on décortique le solfège et plus les articles de qualité prennent du sens. Une nouvelle compréhension à chaque lecture…. Merci.

  4. Marcel

    Bonjour,

    Je cherche quelqu’un pour m’aider sur la modulation. Voila je suis novice et je cherche, en partant de la gamme de Lam harmonique(donc avec un Sol#) à moduler vers sa gamme relative ou une gamme voisine. Sauf quand suivant le cercle des quinte, la relative de Lam et DoM, mais DoM de possède pas de Sol# comme dans la gamme de Lam harmonique. Alors comment faire?
    En vous remerciant.

    • Bonjour, d’abord plusieurs questions : quelle est ta suite d’accords stp? quelles sont les notes essentielles de ta ligne mélodique pour devoir moduler vers DoM? y’a pas vraiment de difficulté, la nouveauté ce sont les accords de dominante qui servent de pivots : Mi7/9# ou Mi/5#/9b au choix, et Sol7/9b. A nouveau tout dépend de ta suite d’accords initiale et de ta mélodie.

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :