Blog articles guitares Fender - Jean Seb Maingot

Passion guitares Fender, pédagogie, matériel guitariste

Catégorie : Streaming Media

Quelles questions l’entreprise doit-elle se poser avant d’utiliser le streaming?

fume fume fume…

Vous êtes un professionnel, musicien ou non par ailleurs, ou un particulier et vous souhaitez vous lancez dans le streaming pour communiquer, promouvoir votre entreprise ou vos produits? C’est bien et il est temps car c’est devenu incontournable. Vous devez vous poser plein de questions et obtenir des réponses pour définir le niveau de qualité de diffusion « streamée » de vos contenus sur la toile. Après coup, vous pourrez vous intéresser de plus près aux prestataires de service pour choisir votre hébergement de streaming media. Intégrer le streaming dans la stratégie commerciale de votre entreprise aura un impact important sur vos méthodes de communication, sur votre budget et sur la façon de gérer votre image de marque et/ou votre notoriété sur le web. Un grande entreprise qui cherche à se promouvoir en utilisant comme outil de promotion des vidéos « merdiques » de 10 ans d’age, initialement conçues pour de vulgaires séminaires commerciaux, véhiculera une très mauvaise image auprès des internautes : ça fait radin, « vioque » et attardé à la fois! Quand on a une image de marque et une notoriété à promouvoir, il faut se donner les moyens de ses ambitions et donc investir des moyens dans les images que l’on veut diffuser. Je crois qu’en écrivant cela je ne vous apprend rien mais malheureusement dans la pratique, il y a souvent un décalage importante entre les moyens mis en oeuvre et la qualité du « feedback » espéré.

Les questions qui suivent concernent l’intégration du streaming media comme outil de communication dans une stratégie commerciale existante ou en cours d’élaboration. Si vous êtes musicien est que vous voulez vous promouvoir c’est la même chose : vous devez penser business et commercial ! C’est donc avec les différents intervenants de votre projet que vous allez devoir travailler pour définir précisément vos besoins. Tous les services de l’entreprise peuvent être concernés par l’usage des technologies de streaming à plus ou moins long terme, il est donc fondamental de s’interroger avant de l’usage que vous en ferez pour les 2 ou 3 prochaines années.

Sachez également qu’en cas de succès, il sera impossible de faire marche arrière : si vos vidéos sont efficaces, les clients s’en accommoderont parfaitement et en redemanderont, y compris sur le web mobile. Interrogez vous sur vos cibles et grâce aux réponses dressez un pseudo cahier des charges qui vous servira en interne ainsi qu’à vos prestataires externes chargés de proposer des solutions adaptées à vos besoins.

Lire la suite

Streaming : encodage vidéo et calcul de bande passante.

Chaîne du streaming vidéo

streaming media content

Salut à vous, en tant qu’ancien fondateur et gérant de ma p’tite PME Seelynx, prestataire de services de streaming à Bordeaux, je tenais à mettre en ligne un peu de mon modeste savoir accumulé dans le domaine de la diffusion de vidéo sur le web. Cette démarche n’a qu’un seul but : vous aider à faire le bon choix dans le cas ou vous auriez besoin de faire appel à des professionnels dans ce secteur d’activité. Cet article répond aux questions récurrentes posées par mes anciens clients, questions que certains se posent encore aujourd’hui.

Comment faire pour calculer la bande passante nécessaire à mon hébergement de streaming ? Comment dois-je encoder mes vidéos? Combien vais-je consommer de trafic ? Pourquoi la bande passante est en kbps et la facture en Ko, etc, etc.

La difficulté de compréhension repose au départ sur une confusion de termes mal interprétés, à savoir les Kilobits (Kb) ou KiloBytes (KB) et ça s’applique bien sûr aux Megabits (Mb) et MegaBytes (MB). Au départ, il faut savoir que 1 octet = 8bits. Tout démarre de là et pour comprendre dans le détail, je vous conseille de consultez l’explication disponible sur wikipedia.

Bref, les pionniers du streaming comme Apple et Realnetworks annonçaient dans leurs logiciels d’encodage et dans leurs documentations des taux d’encodage (sample rate) en bits et non en Bytes, le Byte étant la traduction du mot octet en anglais. Certains logiciels font le contraire et proposent des niveaux d’encodage indiqués en Bytes/s…Grosse connerie car ça fout un beau bordel pour comprendre et savoir pourquoi et que comment qu’il faut y faire … N’est-ce pas ?! Les FAI (fournisseurs d’accès à internet) utilisent également cette norme ou unité pour préciser la largeur de leur bande passante.

Lire la suite

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :